Le radiateur à inertie, confort et économies d’énergie

Réputé pour sa chaleur douce, le radiateur à inertie a le vent en poupe, car il allie performance et efficacité. Il existe deux types de procédés : sèche et fluide. Un détail, en apparence anodin, qui peut faire la différence au moment de l’achat.

Le radiateur à inertie est un chauffage électrique de dernière génération. Au même titre que le convecteur, le panneau rayonnant ou le radiateur soufflant, il est apprécié pour sa simplicité d’installation et d’utilisation. L’appareil est considéré comme étant le meilleur système et ce n’est pas un hasard. Il dispose de l’ensemble des qualités, qui ont fait le succès de cette technologie : facile à poser, à manipuler et sans entretien. Les radiateurs électriques à inertie possède d’autres atouts non négligeables dont le pouvoir d’accumulation. Le procédé est capable de stocker une grande quantité de calories qu’il restitue au fur et à mesure sous forme de rayonnement (des économies en vue !). La température est parfaitement homogène et stable. Vous profitez ainsi de tout le confort d’un chauffage central sans les inconvénients.

Le radiateur à inertie est, généralement, piloté par un système de régulation performant comme par exemple le thermostat programmable. Grâce à ce boîtier de commande vous réglez simplement la température de chauffe pièce par pièce et en fonction de vos envies. Puis, vous ne vous occupez plus de rien, c’est lui qui fait tout. Ce dispositif peut être couplé avec d’autres outils domotiques tels que le détecteur d’ouverture et le détecteur de présence. De ce fait, vous effectuez chaque jour des économies tout en améliorant votre bien-être.

Le radiateur à inertie sèche ou fluide ?

La montée en température s’effectue à l’aide d’une résistance électrique quel que soit le type d’inertie. La transmission de chaleur, par contre, s’opère différemment tantôt grâce à une brique réfractaire tantôt grâce à un fluide caloporteur.

A inertie sèche

Le radiateur à inertie sèche est pourvu d’un cœur de chauffe à base de matière réfractaire telle que la céramique, le granit, la stéatite et la pierre de lave. La résistance électrique est noyée dans la masse. Cet assemblage limite au maximum le risque de perte de chaleur. La brique diffuse progressivement les calories emmagasinées et cela même à l’arrêt. Ainsi, une température agréable règne aux quatre coins de la pièce tout au long de la journée.

A inertie fluide

Le radiateur à inertie fluide recourt à un fluide caloporteur. La résistance chauffe ce liquide, qui transporte les calories dans un circuit fermé au sein de l’appareil. La composition du fluide n’est pas toujours très naturelle. Elle se compose d’huile (végétale ou animale) ou de glycol (un dérivé du pétrole). L’inertie fluide se révèle à l’usage une installation pas très robuste. Des fuites peuvent apparaître au niveau des joints et des soudures. De plus, des bruits de liquide liés à la condensation et à la dilation peuvent représenter une véritable gêne.

A propos de l'auteur

Disjoncteurs.fr est le blog qui vous éclaire sur les techniques et les produits liées au matériel électrique. Nous vous accompagnons dans vos projets d'installation électrique, de rénovation et de décoration de votre habitat en vous donnant les informations qui vous permettent de concrétiser vos envies.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.